RPG Saint Seiya : La Guerre des Popes
Bonjour et bienvenue sur la Guerre des Popes !

Vous souhaitez rejoindre un des quatre sanctuaires des chevaliers de l'an 1000 ? Alors vous avez choisi le bon forum !

Rejoignez vous, choisissez votre clan, votre armure, incarnez votre propre personnage ! Venez participer à la plus grande guerre sainte de l'histoire : celle qui opposa les quatre plus puissants chevaliers de tous les temps pour savoir lequel succéderait à un ancien grand pope...

Chevaliers, vous pouvez jouer sur la victoire du clan qui vous semblera le plus noble !

Veillez vous connecter ou vous inscrire.


Forum RP littéraire, inspiré de l'univers Saint Seiya de Kurumada. Plongez dans l’obscurantisme du moyen-age et choisissez qui est le Grand Pope légitime d'Athéna !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le voyage d'Enguerrand des Gémeaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enguerrand des Gémeaux
Admin
Admin
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 29/04/2015
Age : 37

Feuille de personnage
Points de vie:
500/500  (500/500)
Points de Cosmos:
500/500  (500/500)
Points d'armure:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Le voyage d'Enguerrand des Gémeaux   Dim 21 Juin - 18:53

Comment le Grand Pope avait-il pu se tromper à ce point ?

Pourtant, il était plus qu’évident que seul Enguerrand était digne et devait lui succéder à la tête du Sanctuaire sacré d’Athéna.

Enfin, tout était une question de point de vu, car c’était bel et bien ce que pensait l’ancien chevalier d’or des Gémeaux mais nul doute que ses trois rivaux et anciens condisciples devaient avoir une toute autre opinion que lui, non pas sur l’erreur faite par feu le Grand Pope mais sur l’identité de son successeur légitime à la tête du Sanctuaire sacré de la Déesse Athéna.

Ou plus précisément de ce qui avait été autrefois le Sanctuaire de la Déesse Athéna. C’est à dire avant que ce dernier fut malencontreusement pulvérisé lors du seul moment de collaboration des douze chevaliers d’or de cette nouvelle génération. Un moment particulièrement mémorable à vrai dire, mais dans le mauvais sens du terme malheureusement. Et qui ferait, sans nul doute, date dans les annales du Sanctuaire, pour peu qu’elles existaient encore, ce qui était fort peu probable après ce qu’il s’y était passé…

…Une collision entre quatre Athéna Exclamation, rien de moins.

C’était du jamais vu. En effet pour obtenir un tel choc cosmique, il fallait très exactement douze chevaliers d’or, et que tous soient protégés par leurs Gold Clothes afin d’éviter d’être réduit en cendre par un tel déploiement de cosmos comparable à quatre mini Bigbang se cumulant afin d’augmenter vers l’infini. Et ce fut d’ailleurs un véritable miracle que la Terre toute entière ne fut pas détruite par cette « attaque de type chirurgical ». Le miracle pouvait sans nul doute être attribué à la cible des quatre Athéna Exclamation simultanées : le Grand Pope en personne et ses trois anciens frères d’armes, tous survivants de l’ancienne Guerre Sainte et tous anciens chevaliers d’or. Ils avaient été encerclés par la nouvelle génération qui n’avait pas hésité à utiliser contre eux la plus vile des attaques afin de se rebeller contre le choix des anciens. Les quatre derniers survivants de l’ancienne génération n’avaient eu aucune chance, d’autant plus qu’ils ne possédaient plus d’armure d’or pour se protéger car ils les avaient léguées à leurs successeurs qui étaient, à ce moment précis, devenus leurs juges et bourreaux. Malgré cela, les quatre anciens parvinrent au prix de leur vie à ce que la collision entre les quatre Athéna Exclamation détruisent uniquement le Sanctuaire avant de partir avec eux vers les cieux, sauvant ainsi la planète d’une destruction certaine. Dans un ultime effort, ils réussirent même par la force de leur âme, à ce que la nouvelle génération soit punie en étant dorénavant privée de leurs armures sacrées.

L’Europe traversait alors une telle période d’obscurantisme que même le cœur de ceux qui avaient pour mission de défendre les valeurs d’amour et de paix de la Déesse Athéna étaient touchés par cette noirceur…

Enguerrand des Gémeaux sortit un instant de ses pensées. Son petit groupe venait d’arriver sur la côte. Il leur fallait maintenant poursuivre le chemin par la voie des mers. En effet, ils se rendaient vers une petite île, où son nouveau sanctuaire l’attendait afin qu’il puisse y régner comme Grand Pope au nom d’Athéna, conformément au « pacte ». Ils continueraient donc leur progression en bateau vers l'île de Lipari dans l’archipel des Eoliennes.

Enguerrand alla se placer à l’avant du navire, juste derrière la figure de proue. Quel air majestueux il avait dans son costume taillé sur mesure par les meilleurs couturiers du monde. Et, alors que la violence de l’air marin faisait claquer sa belle cape blanche, la puissance des vents semblait n’avoir aucun effet sur lui.

Un pacte avait été passé avec l’ancien allié d’Athéna, le dieu nordique appelé Odin, car il avait eu la lucidité de reconnaître en Enguerrand les qualités nécessaires pour devenir le seul Grand Pope légitime, lui avait-on assuré, et ainsi réparer la lamentable erreur du sénile Grand Pope de l’ancienne génération.
Enguerrand avait effectivement accepté ce pacte avec le roublard dieu du Nord en se retenant à grande peine d’éclater de rire. En effet, Gemini n’était pas dupe. Il le voyait venir le vieil Odin avec ses gros sabots. Quel opportuniste ce vieux borgne, vouloir ainsi profiter de la situation afin que son peuple trouve enfin une place au soleil après des siècles de privation. Mais c’était de bonne guerre avait alors pensé Enguerrand, sans jamais rien laisser paraître de ce qu’il en pensait. Car au final, il y gagnerait un peuple de plus à gouverner, l’orgueilleux Gémeau ne doutant pas un seul instant de sa victoire finale sur ses trois anciens condisciples.

Enguerrand ne sous-estimait nullement Sophia de la Vierge, Eulalie des Poissons et Vorhelm du Lion. Ils les savaient aussi puissant que lui. Il savait également que chacun d’entre eux avait également conclu un « pacte » avec une divinité rivale d’Athéna et qu’ils disposeraient donc des mêmes forces que lui. La bataille pour titre de Pope s’annonçait donc être des plus passionnantes et des plus divertissantes, un défi digne de son génie.

Le fait que ses trois nouveaux rivaux aient pareillement passé un pacte amusait au plus au point l’ancien protecteur de la troisième Maison du Zodiaque doré. Car les promesses n’engagent que ceux qui y croient et cela avait tout à fait l’air de trois « pactes avec le diable ». Mais qui étaient les diables en fin de compte ? Peut-être pas forcément ceux que l’on pourrait croire, c'est-à-dire les divinités. Les dieux risquaient d’apprendre à leur dépens la véritable puissance des aînés de cette génération dorée. Vorhelm du Lion, par exemple, était un véritable avatar de la guerre dont le sens de la stratégie n’avait rien à envier à celui d’Arès lui-même. Et à vouloir jouer avec le « feu », le dieu de la guerre pourrait bien y perdre son rang et peut être plus encore… Quant à ses anciennes consœurs, les sous-estimer uniquement parce qu’elles étaient des femmes était synonyme d’erreur aussi fatale que mortelle. Une erreur des plus classiques en cette période médiévale mais cela même pour des dieux aussi puissants que les deux frères de Zeus pourraient être amenés à en payer le prix fort. Les quatre prétendants au titre de Grand Pope étaient sans l’ombre d’un doute les quatre chevaliers d’or les plus puissants de tous les temps et ils n’avaient pas grand-chose à envier aux dieux.

Effectivement, se disait le chevalier des Gémeaux, les trois Popes rebelles étaient certainement des adversaires fabuleux. Mais à vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Et reprendre le titre qui lui revenait de droit serait la plus glorieuse victoire de l’histoire. Enguerrand savait qu’il en avait le talent, tout autant que c’était son devoir de rétablir l’équilibre non seulement au nom d’Athéna mais aussi en son propre nom. Ainsi pour parvenir à son but ultime tous les sacrifices et toutes les pertes étaient acceptables. Seul le résultat comptait. Et seule la victoire était belle.

Ce fut à ce moment là que ses pensées furent interrompues par l’arrivée d’un marin expérimenté, suivi d’un petit groupe, il vint s’adresser au majestueux Gemini, d’une voix rocailleuse :

- Monseigneur, le vent est de plus en plus fort, je crains qu’une tempête se lève. Peut être serait-il plus prudent que nous fassions demi-tour et que nous regagnons la terre ferme tant que nous le pouvons encore…

- Excuse mon ignorance vieil homme, répondit Enguerrand avec une pointe d’agacement dans la voix, mais peux-tu me dire qui commande à ce navire : la tempête ou bien moi ?

- Vous bien sûr, mon seigneur mais je crains que…

Mais il ne pu terminer sa phrase car en un éclair le chevalier l’empoigna et le souleva d’une seule main avec une facilité déconcertante alors que ce n’était que sa main gauche.

- Vous devriez me craindre bien plus qu’une tempête... lui murmura-t-il en le foudroyant du regard !

- Mais enfin ne soyez pas ridicule ! hurla alors un colosse qui se dirigeait droit vers lui, visiblement sûr de sa force.

Gemini ouvrit alors sa main droite, restée libre, en direction de ce nouvel agresseur libérant ainsi des éclairs brillant d’une lumière dorée qui, en une fraction de seconde, calcinèrent complètement le corps du malheureux colosse qui tombait ensuite en poussières qui s’envolèrent aux quatre vents.

Ensuite le Saint déchu balança négligemment le vieux marin en direction de ses camarades qui amortirent sa chute tout en tombant sous la violence du choc. Ces derniers furent bien secoués et s’en sortiraient avec quelques bleus mais au moins eurent la vie sauve...

- Existe-t-il encore quelqu’un sur ce navire qui me craint moins qu’une tempête ? Hurla Enguerrand en guise de défi.

Mais personne n’osa répondre.

- Bien… ajouta-t-il calmement avec un sourire des plus sadiques, visiblement ravi d’avoir obtenu l’effet désiré.

- Alors remettons nous en route immédiatement !

- Et je veux être arrivé avant la tombée de la nuit !


A peine ses ordres prononcés que tous les marins se précipitèrent à leurs postes en redoublant d’ardeur et sans dire un seul mot.

Ne voulant plus être dérangé de la sorte, Enguerrand se dirigea alors vers sa cabine d’une démarche royale, sa cape continuant de claquer au vent, et tout le monde s’écartait plus que nécessaire sur son passage, craignant sans doute de subir une fin prématurée, tant son courroux restait palpable…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

“La vérité est le point d'équilibre de deux contradictions.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anslaguerredespopes.forumactif.org
 
Le voyage d'Enguerrand des Gémeaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : La Guerre des Popes :: Zone principale des RP :: Sancuaire des Saint d'Odin (Enguerrand des Gémeaux)-
Sauter vers: